Jeu Concour

Le Centre des Tortues C.E.S.T.M.

Depuis de nombreuses années, l’Aquarium La Rochelle développe un programme d’observations et de soins en faveur des tortues marines soutenu par le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie du Développement Durable et de la Mer, et qui s’inscrit dans le cadre d’un programme national dont l’objectif est le suivi de ces animaux protégés.
 
Longtemps pêchées pour leur chair ou leur carapace, les tortues marines sont des espèces menacées d’extinction. Sur les 7 espèces de tortues marines existantes dans le monde, 4 fréquentent le littoral atlantique français.
Le C.E.S.T.M. de l’Aquarium La Rochelle, alerté par le réseau d’informateurs, recueille les tortues échouées depuis les côtes espagnoles jusqu’à la côte d'Opale.
 
A leur arrivée au centre de La Rochelle, ces tortues souffrant de dénutrition, d’hypothermie ou de mutilations, reçoivent tous les soins nécessaires. Elles sont maintenues dans des conditions optimales pendant la saison froide, puis en période estivale, les tortues sont relâchées au large de La Rochelle.
 
Avant leur retour à l’océan, elles sont marquées au niveau d’une des nageoires à l’aide d’une bague métallique comportant un numéro unique permettant de les identifier au cours d’une observation ultérieure. Depuis peu, une puce électronique est également introduite dans une des nageoires non baguées pour permettre son identification si la bague métallique venait à disparaître.
 
Le C.E.S.T.M. s’est également donné pour mission l’étude des causes de mortalité des tortues marines et lorsqu’elles sont retrouvées mortes, les biologistes de l’Aquarium réalisent des autopsies. Les scientifiques ont pu démontrer que 50% des tortues luth retrouvées échouées sur nos plages avaient souffert d’une occlusion intestinale en ingérant des sacs plastique confondus avec leur aliment favori, les méduses.
 
Afin d’améliorer les connaissances sur les tortues marines retrouvées sur nos côtes, l’Aquarium développe de nouveaux programmes tels que le suivi satellitaire depuis 2008 qui permet de suivre les jeunes tortues caouannes en temps réel et ainsi de mieux comprendre leur déplacement dans le golfe de Gascogne. D’autre part, il crée des partenariats avec des laboratoires de recherche afin de déterminer l’origine des tortues marines retrouvées mortes ou vivantes sur nos plages grâce à des analyses génétiques.
 

Les publications du Centre