Méduses

Le journal
de l'Aquarium

Journal de l'Aquarium
Méduses
Chaque mois, suivez le journal de l'Aquarium ! Arrivées, naissances : ne manquez plus les dernières actualités !

De nouvelles ombrelles à l'Aquarium

Cette semaine, de belles demoiselles montent sur le devant de la scène : plus de 150 méduses rejoignent l'exposition !  L'occasion de revenir sur cet étrange et magnifique être marin, qui fascine chaque jour de nombreux visiteurs. 

 

Pour commencer l'immersion au cœur des océans, 140 Aurelia aurita vous attendent dès cette semaine dans le tunnel à 360°. En continuant votre voyage sous-marin , vous retrouverez de superbes Chrysaora pacifica !

 

Savoir-faire biologique

 

Depuis plusieurs années, les scientifiques de l'Aquarium ne cessent d'acquérir de nouvelles connaissances pour assurer la reproduction des méduses. 

Par exemple, les Aurélie se développent et pondent au printemps. En conséquence, les biologistes ont appris à recréer ce climat pour favoriser la reproduction de ces individus.

Ce savoir-faire s'applique également à l'alimentation, spécifique pour chaque espèce. Ainsi, certaines ne se nourrissent que de plancton vivant, quand d'autres préfèrent le plancton mort.

Aujourd'hui, 4 espèces sont reproduites à l'Aquarium : les Cassiopées, Aurélie, Constellées, et Striées

 

Un maintien délicat

 

Malgré ce savoir-faire, le maintien de ces êtres marins reste difficile, notamment pour les raisons suivantes :

 
- Les méduses ne se déplacent pas d'elles-mêmes, mais se laissent porter par les courants. Dans un aquarium classique, elles resteraient donc au fond et risqueraient de s'abimer contre la grille de filtration. Pour s'adapter à ces difficultés, des aquariums spéciaux ont été développés, les Kreisel, dont la forme favorise un mouvement circulaire,

 
- Constitués de 95% d’eau, ces animaux sont particulièrement fragiles. Leur manipulation doit donc être effectuée avec une grande précaution. Une simple bulle peut par exemple engendrer une déformation ou une perforation de la méduse !

 

- Enfin, il faut se méfier de leurs piqûres ! Le contact avec des Aurélia ne causera que de légers picotements. En revanche, les grands filaments des Chrysaora sont très urticants.

De nouvelles ombrelles à l'Aquarium !

Photos liées
à cet article

Réagissez
à cet article
Retrouvez-nous aussi sur

Rejoignez nos fans sur

Suivez l'actualité de l'aquarium en continu sur

Retrouvez-nous aussi sur

Inscription Newsletter