Vêtements synthétiques - pollution - Aquarium La Rochelle

Vêtements synthétiques
Source de pollution

Agir pour la planète bleue
Sac, paille, bouteille… la chasse aux plastiques a débuté partout dans le monde pour réduire les 8 millions de tonnes de déchets qui finissent chaque année dans les océans. Parmi les responsables de cette pollution plastique, les vêtements synthétiques sont souvent oubliés.
A chaque lavage, ces vêtements rejettent des microfibres. Beaucoup ne sont pas retenues par les stations d’épuration et polluent les océans, des pôles jusqu’aux abysses. En Amérique du Nord, même si 95% des fibres sont interceptées lors du traitement des eaux usées, 878 tonnes finiraient malgré tout en mer chaque année.

 

Les microplastiques (moins de 1mm) représentent 15 à 31% des plastiques déversés en mer. Ingérés par des organismes marins, leurs composants s’accumulent tout au long de la chaîne alimentaire.

 

La France est le premier pays au monde à légiférer sur cette source de pollution. A partir du 1er janvier 2025, chaque machine à laver vendue en France devra être pourvue d’un filtre qui récupère les microfibres.
En attendant, des gestes permettent de limiter cette pollution : laver moins souvent et à basse température, préférer la lessive liquide (moins abrasive), remplir la machine à laver pour limiter les frottements, ne pas utiliser de sèche-linge et renouveler moins souvent sa garde-robe, les premiers lavages générant plus de microfibres.
 

 

Chiffre : Un vêtement synthétique peut perdre plus de 1900 fibres par lavage.

Réagissez
à cet article
Retrouvez-nous aussi sur

Rejoignez nos fans sur

Suivez l'actualité de l'aquarium en continu sur

Retrouvez-nous aussi sur